Neuvaine de préparation à la fête de ND de KIBEHO du 21 novembre 2015 A PARIS

Neuvaine de préparation à la fête de NOTRE-DAME DE   KIBEHO du 21 novembre 2015 A PARIS

(Jeudi 12/11 au vendredi 20/11)

Thème : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il m’advienne selon ta parole » (Lc 1, 38).

Premier jour (jeudi 12 novembre 2015) : Voici la servante du Seigneur (Lc 1,26-38).

 L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » […] Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.
Méditation : Voici la servante du Seigneur. C’est la réponse de Marie à l’ange. Elle accepte librement d’abandonner son projet pour entrer dans le projet de Dieu. Toute sa vie elle a été disponible, ouverte à la volonté de Dieu même dans des situations difficiles, incompréhensibles. Elle ne s’est jamais plaint de quoi que ce soit.
A Kibeho,  Marie nous demande de nous convertir. La conversion est ce changement profond qui nous incite à vivre non comme nous voulons, mais selon la volonté de Dieu. « Notre Père… que ta volonté soit faite…. »  (Mt 6,10)
Je vous salue Marie… (x 3)
Notre Père…(x 3)
Notre-Dame de Kibeho, prie pour nous !

Deuxième jour (vendredi 13 novembre 2015) : Il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune  (Lc 2,1-7)

 En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre –ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. –Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David. Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Méditation : Jésus est entré dans l’histoire des hommes. Celle-ci a ses lois, ses exigences, ses difficultés… Marie l’a mis au monde non pas dans le confort d’une maternité, mais dans des conditions de pauvreté, en voyage, loin de sa maison…
A Kibeho,  Marie rappelle qu’elle est la mère du Verbe et nous demande de vivre selon la parole de Dieu, dans l’Amour et l’humilité. « Et le Verbe s’est fait chair et il a demeuré parmi nous »  (Jn 1, 14)
Je vous salue Marie… (x 3)
Notre Père…(x 3)
Notre-Dame de Kibeho, prie pour nous !

Troisième jour (samedi 14 novembre 2015) : Ton âme sera transpercée d’un glaive (Lc 2,21-40) 

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur…  Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi-même, une épée te transpercera l’âme- : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »
Méditation : La Vierge Marie a accompagné son fils dans sa mission de sauver le monde par sa croix. Elle a communié à la souffrance de son fils et sa présence sous la croix l’a réconforté jusqu’au bout. Que Dieu nous donne force et courage d’accompagner ceux qui souffrent, malade, abandonné, maltraité, mal aimé. Qu’il nous éloigne de l’indifférence de la misère d’autrui.

A Kibeho,La Vierge Marie nous apprend le chapelet de ses 7 Douleurs. Les évènements pénibles de ce monde, Marie aussi les a vécus mais dans la confiance totale en l’amour de Dieu. Elle nous tend sa main maternelle pour nous apprendre à les vivre d’une manière qui plaît à Dieu. Regardons Marie, invoquons Marie, mettons-nous à son école et ne craignons rien. Avec Marie, rien ne nous manquera.

Je vous salue Marie… (x 3)
Notre Père…(x 3)
Notre-Dame de Kibeho, prie pour nous !

Quatrième jour (Dimanche 15 novembre 2015) : Fuis en Egypte (Mt 2,13-15)

 Après le départ des mages, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils.
Méditation : La prophétie de Siméon n’a pas tardé à se réaliser. Marie avec Joseph et Jésus sont obligés de quitter leurs amis, leur pays, leur maison, leurs biens, pour aller vivre dans un pays étranger comme réfugiés. Ils ont connu la condition dure d’être menacé de mort et la dureté de la vie de réfugié.
A Kibeho, Marie nous rappelle que son message est destiné au monde entier. Marie et Jésus ont connu la fuite de leur pays comme beaucoup de ses enfants sur terre. Elle nous demande de prier, avec amour et sans hypocrisie, surtout pour l’Eglise et pour le monde.
Je vous salue Marie… (x 3)
Notre Père…(x 3)
Notre-Dame de Kibeho, prie pour nous !

Cinquième jour  (Lundi 16 novembre 2015) : Ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait (Lc 2, 41-52)

 Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume. À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents. Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances. Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher. C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! » Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait. Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements. Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.
Méditation : Marie et Joseph ont été confrontés à l’inquiétude de perdre leur fils. Ils l’ont cherché ensemble comme fait tout couple harmonieux et appelé à se soucier du bien-être des enfants. Ils ne comprennent pas l’attitude de Jésus et sa mission. Il n’est pas facile de comprendre la mission que Dieu veut nous confier. Mais quand nous disons « OUI » à la volonté de Dieu dans notre vie, aussitôt sa puissance agit davantage en nous !
A Kibeho, Marie insiste sur la conversion. La conversion c’est aussi un acte de croire que Dieu nous aime, même quand nous ne comprenons pas son attitude, surtout devant la souffrance en nous-même ou dans le monde.
Je vous salue Marie… (x 3)
Notre Père…(x 3)
Notre-Dame de Kibeho, prie pour nous !

Sixième jour (Mardi 17 novembre 2015) : Ils n’ont pas de vin (Jn 2,1-11)

 Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.[…] Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.
Méditation : Sa mère dit aux servants: « Tout ce qu’il vous dira, faites-le» (Jn 2, 5)
Marie, connaissait très bien son Fils, savait qui Il était et qui Il est même aujourd’hui, « le Fils de Dieu, notre Seigneur ». Elle remarque ce qui ne va pas et demande à son fils d’intervenir. Elle a forcé, en quelque sorte, l’heure de Jésus. Elle intervient toujours auprès de son Fils pour notre bonheur. Elle nous dit en quelque sorte : Ne craignez pas de s’approcher de Lui, de Lui confier votre vie et votre désir de tendre vers la sainteté. Il est votre Seigneur… Il a tout…. Venez… N’ayez pas peur…
A Kibeho Marie s’est présentée des fois très triste, pleurant même car elle ne voyait que rejet de son message. « Repentez-vous, repentez-vous, repentez-vous ! » disait-elle. Elle nous suppliait ainsi : « Convertissez-vous quand il en est encore temps ». Son message pour le monde est toujours actuel.
Je vous salue Marie… (x 3)
Notre Père…(x 3)
Notre-Dame de Kibeho, prie pour nous !

Septième jour (Mercredi 18 novembre 2015) : Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui veulent te voir  (Lc 8,19-21)

La mère et les frères de Jésus vinrent le trouver, mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui à cause de la foule. On le lui fit savoir : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. » Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. »
Méditation : Marie a vécu la solitude du veuvage et du départ de son fils pour sa mission. Elle s’intéresse à ce qu’on raconte sur son fils. Jésus en profite pour annoncer que la grandeur de Marie consiste à écouter la parole de Dieu, à la méditer et à la mettre en pratique. C’est aussi la grandeur de tout chrétien.
A Kibeho Marie nous demande de vivre selon l’Evangile de son fils. Dans les tempêtes de cette vie, écouter la parole de Dieu et la mettre en pratique c’est construire sur du solide. «…la pluie est tombée mais la maison est restée debout car elle était bâtie sur le roc » ( Lc 6,47-48).
Je vous salue Marie… (x 3)
Notre Père…(x 3)
Notre-Dame de Kibeho, prie pour nous !

Huitième jour (Jeudi 19 novembre 2015) : Femme, voici ton fils (Jn 19, 25-27)

« Or, près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la sœur de sa mère, Marie femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui ».
Méditation : La Vierge Marie nous offre à tous l’accueil maternel qu’elle a donné à Jean. Et Jean l’a reçue chez lui, d’un cœur filial : il nous est un exemple pour accueillir Marie chez nous, en notre amour, en notre vie. Elle est notre modèle de sainteté, de fidélité à l’Evangile et de garder l’espoir au moment des difficultés.  Elle combat toujours à nos côtés et nous protège au moment des tribulations qui secouent le monde d’aujourd’hui. Elle est près de nous au moment de tristesse et d’angoisse ainsi que  dans les difficultés de toutes sortes.
A Kibeho, Marie nous rappelle que nous sommes tous ses enfants. Elle disait souvent aux voyantes cette parole si douce : « Mon enfant !», ainsi elle les appelait. A l’exemple de Jean, amenons Marie chez nous, elle nous apprendra à être des véritables disciples de Jésus.
Je vous salue Marie… (x 3)
Notre Père…(x 3)
Notre-Dame de Kibeho, prie pour nous !

Neuvième jour (Vendredi 20 novembre 2015) : Au Cénacle, avec Marie la mère de Jésus (Ac 1,12-14)

 Alors, ils retournèrent à Jérusalem depuis le lieu-dit « mont des Oliviers » qui en est proche, – la distance de marche ne dépasse pas ce qui est permis le jour du sabbat. À leur arrivée, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques. Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères.
Méditation : La Vierge Marie, « après avoir assisté de ses prières l’Église naissante, maintenant encore, exaltée dans le ciel, […] elle continue d’intercéder près de son Fils […], jusqu’à ce que toutes les familles des peuples, […], soient enfin heureusement rassemblés dans la paix et la concorde en un seul Peuple de Dieu à la gloire de la Très Sainte et indivisible Trinité » (Vatican II, L.G. 69). Ses prières et demandes sont si puissantes auprès de Dieu, qu’elles passent toujours pour des commandements auprès de son Fils, qui ne résiste jamais à la prière de sa chère Mère, parce qu’elle est toujours humble et conforme à sa volonté.
A Kibeho, Marie  nous rappelle qu’elle ne cesse d’intercéder pour nous. Elle veut nous consoler, essuyer nos larmes et veut ramener tous ses enfants dispersés sur le chemin du vrai bonheur. Faisons lui confiance. Elle nous apprend à aimer son Fils et à servir son Eglise.
Je vous salue Marie… (x 3)
Notre Père…(x 3)
Notre-Dame de Kibeho, prie pour nous !

Prière à Notre-Dame de Kibeho
Bienheureuse Vierge Marie, Mère du Verbe, Mère de tous ceux qui croient en Lui et l’accueillent dans leur vie, nous voici devant toi pour te contempler.
Nous croyons que tu es parmi nous, comme une mère parmi ses enfants, même si nos yeux de chair ne te voient pas.
Toi, sûr chemin qui nous mène à Jésus le Sauveur, nous te bénissons pour tous les bienfaits dont tu nous combles sans cesse, spécialement, depuis que, dans ton humilité, tu as daigné apparaître miraculeusement à Kibeho, au moment où notre monde en avait tant besoin.
Donne-nous toujours la lumière et la force nécessaire d’accueillir avec empressement ton appel à nous convertir, à nous repentir et à vivre selon l’Evangile de ton Fils.
Apprends-nous à prier sans hypocrisie et à nous aimer les uns les autres comme il nous a aimés, pour que, tel que tu l’as demandé, nous soyons de belles fleurs répandant partout et sur tous leurs bons parfums.
Ô Sainte Marie, Notre-Dame des Douleurs, apprends-nous à comprendre la valeur de la croix dans notre vie, pour que ce qui manque aux souffrances du Christ, nous l’achevions dans notre propre chair en faveur de son Corps mystique qui est l’Eglise. Et, lorsque notre pèlerinage sur cette terre prendra fin, puissions-nous vivre éternellement avec toi dans le royaume des Cieux. Amen.

(Cette prière a reçu l’imprimatur à  Gikongoro, le 25 mars 2006, par Mgr Augustin MISAGO
Évêque de Gikongoro)

Résolutions :

⦁    Dans ma vie personnelle
⦁    Dans ma vie familiale
⦁    Dans ma vie professionnelle